top of page
  • Photo du rédacteurCentre culturel de Colfontaine

C.

Dernière mise à jour : 2 févr.

Sentier Camille : Warquignies


Photographe : Pol Bohems



Rue du Camp Romain : Pâturages

Anciennement Ruelle Firmin.



On rencontre à plusieurs reprises dans l’entité des témoignages d’un passé lié à la Rome Antique. Dès 1866, divers vestiges sont mis à jour, dont des vases de sépultures, témoins d’une nécropole gallo-romaine. En 1876, d’autres vestiges attestent la présence d’une villa romaine sur Colfontaine : poteries, parures et accessoires de toilette, cruches, plats… Ces trésors ont été confiés aux Musées Royaux d’Archéologie et d’Histoire du Cinquantenaire (Bruxelles).


DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 64 à 65.



Rue A. Capiau : Wasmes


En 1796, nous trouvons, dans le rôle des contributions provisoires (nobiliaires et somptuaires), le nom d'Ambroise Capiaux, fils de Pierre.

Il habitait vraisemblablement dans la rue qui porte son nom.


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Rue M. Carion : Wasmes


Voir aussi onglet 2. Les hommes célèbres : Marius Carion


Marius CARION (1898-1949). Originaire de Blaugies et a vécu à la rue de Maubeuge à Wasmes. Peintre de portraits, natures mortes, caricatures, illustrations et paysages tourmentés. Aquarelliste et pastelliste. Il connait une enfance miséreuse et devient ouvrier dans une fabrique de cartonnage, puis dans un garage avant d'entamer une carrière artistique. Il reçoit une formation à l'école des Arts et Métiers de Saint-Ghislain. Il aime représenter le charme des vieilles coutumes minières, ou encore l'intimité des pauvres intérieurs borains.


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Rue de la Cavée : Pâturages


Cette rue forme un Y, elle part de la rue Frères Defuisseaux jusqu'à la rue Jean-Baptiste Clément et de cette dernière à la rue des Vallées.

Probablement du verbe latin cavare (creuser). Chemin creux en pente dans un bois.


Photographe : Pol Bohems

Archives du Centre culturel de Colfontaine



Rue Pasteur Charensol : Warquignies

Anciennement, rue de l'Appâa.


(...)l'Appâa, cette appellation désignait une perche servant au tir à l’arc vertical.(...)

La perche se trouvait à l’emplacement de l’actuelle Cité du Vert Gazon, dans une prairie appartenant à M. Quenon.



Officiant dans le Borinage, le pasteur protestant Ernest Charensol (1903-1945) fut un ardent défenseur des Juifs et surtout des enfants juifs.

Dénoncé, il fut arrêté et déporté en Allemagne en 1942. Il décéda au Camp de Bergen-Belsen le 16 mars 1945.



DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 105, pp 124.



Rue du Château : Warquignies


Le château de Warquignies fut construit vers le XVI siècle.

Il a appartenu au seigneur Degrouf d’Erkelens. C'est en 1789, suite à la Révolution française, le château de Warquignie fut vendu à François Derbaix, un ingénieur-brasseur, lequel le transforma en ferme-brasserie-malterie.

Endommagée par la guerre la brasserie fut vendue en 1920 à François Quenon.

Derrière la cour du château, le monticule surmonté d’une margelle en maçonnerie est le vestige de l’ancienne glacière du château.

A l'arrière du bâtiment, se trouve un puits qui fait plusieurs mètres de profondeur.

Au décès de monsieur François Quenon, le château fut revendu à Monsieur Jacques Van Espen et est désormais une habitation privée.



Archives de Jean-Claude Tant.


Rue Clémenceau : Wasmes

Anciennement rue de la Jonquière. Ce nom était encore utilisé après la 1ére guerre mondiale, comme en atteste une carte postale éditée par C. Ducobu, elle tenait alors son nom des joncs et des roseaux qui y pullulaient.

La Rue Clémenceau ne fut pas non plus épargnée par les inondations.

Le charbonnage qui était situé à la rue Clémenceau ( Taverne La Folie). Il s'agissait du charbonnage de Bonne Espérance.


Bâtiment de l'IEPS.










Georges Clémenceau (1841-1929) était un homme politique français, membre du parti de gauche radical et maire du XVIIIème arrondissement de Paris (1870-1871).

Il est surtout connu pour son implication dans l'Affaire Dreyfus et permet la publication de l'article de l'écrivain Emile Zola, J'accuse (1898).



Charbonnage de Bonne Espérance n°8 Escouffiaux



1892 : chute d’une cage 17 morts

1861 : coup de grisou 21 morts

Fermé en 1930





Actuellement : Auberge de la Folie

Groupés autour d'une cour pavée, bâtiments du début du 19ème siècle appartenant autrefois à la brasserie Centrale, issue de la réunion de trois petites industries installées également le long de l'Elwasmes.





Brasserie Centrale

138 rue Clémenceau






DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 111.



Rue J-B Clément : Pâturages


Jean-Baptiste Clément (1836-1903) est un chansonnier activiste et révolutionnaire français. La plus grande partie de son répertoire est aujourd'hui oubliée, excepté quelques chansons et en particulier les très célèbres Le Temps des cerises et la Semaine sanglante. Et dans un registre différent, la célèbre ronde enfantine Dansons la capucine.


Photographe : Pol Bohems



Ruelle Coleau : Wasmes


Coleau signifie en patois "un petit coq", sans doute dans cette ruelle il y aurait eu un élevage de coquelets.


Photographe : Pol Bohems

Archives du Centre culturel de Colfontaine



Rue V. Cornez : Pâturages


Victor Cornez travaille à la mine après la première guerre mondiale.

Militant syndical, il devient rapidement le secrétaire de la section locale des mineurs de Pâturages et le président de la chorale « L’Amitié du Peuple ».

Après la deuxième guerre mondiale, il est nommé secrétaire de la centrale des mineurs du Borinage.

Il est également élu conseiller provincial puis député permanent.


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Chaussée de la Cour (t) : Wasmes


Anciennement Piessente de Wâmes puis Grand Chemin.

En haut de la chaussée, se dresse le pigeonnier de la « cens’ del Court », appelée erronément « Abbaye de la Court ». Le donjon et les bâtiments de la cour carrée ainsi que les terres environnantes composaient, au Moyen Age, un courtil (grande ferme), propriété de l’Abbaye de Saint Ghislain.

A l’époque française, le général Dumouriez (ancien ministre des Relations extérieures puis de la Guerre et acteur important de la conquête de la Belgique) y fait étape durant la bataille de Jemappes (1792).

Dans les années 1980, le bâtiment fut restauré par l’architecte Henri Guchez (grand architecte de la région qui permit, entre autres, la sauvegarde du Grand-Hornu).


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Ruelle de la Cour(t) : Wasmes


Photographe : Pol Bohems



Rue du Couvent : Pâturages


Anciennement : rue Courte.


Voir aussi onglet 3. Les bâtiments : Notre Dame Auxiliatrice.


Dans cette rue se trouve l'église paroissiale Notre-Dame Auxiliatrice.

Desservant le hameau du Cul-du-Qu'Vau, cette église fut reconstruite en 1955 suite à l'incendie qui la ravagea en 1954.

Les plans ont été réalisés par l'architecte gantois Adrien Frans Bressers (1897-1986).

Étageant ses volumes fortement structurés, elle s'inspire du style néo-gothique dans le dessin des baies.

Ample nef unique et chœur à éclairage zénithal sous le plafond à caissons.

On suppose qu'un couvent était accolé à l'église.



Archives du Centre culturel de Colfontaine



Rue du Cul du Qu’Vau : Pâturages

Anciennement, la rue du Grand Bouillon.



Cul du Q’vau signifie littéralement fond de voie (fond de vallée).

Cette rue était appelée ruelle Carlot puis deviendra la rue du Grand Bouillon juste avant sa dénomination actuelle.


DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp40.



Ruelle du Curé : Wasmes

Cette ruelle qui longe le corps de l’église Saint-François d’Assise aboutit à l’ancien site du cercle ouvrier catholique de Wasmes.



332 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

A.

B.

D.

Comments


bottom of page