top of page
  • Photo du rédacteurCentre culturel de Colfontaine

Le tour de Wasmes.

Le tour de Wasmes, remonte à une époque inconnue. Il existait peut-être déjà à la fin du XIe siècle. Le plus ancien document conservé dans les archives de l'église Notre-Dame qui en fasse mention est un chirographe sur parchemin daté de Quaregnon le 5 juin 1599. En tout temps, on considérait à juste titre que ce fut une action de grâce pour la victoire de Gilles de Chin sur le dragon et le Tour de Wasmes et la procession du mardi de la Pentecôte furent institués. On y portait en grande vénération la statue de la vierge, précédée d'un drapeau sur lequel on représentait le combat de Gilles de Chin contre le Dragon et la vierge apparaissant au Chevalier. En dessous, ces mots étaient inscrits en gros caractères : « Attaque, Gilles de Chin, ce dragon furieux. Et tu seras de luy par moi victorieux ».

Le Tour de Wasmes est long de 16, 500 Km et passe par Warquignies, Hornu, Wasmuel, Quaregnon et retour au Calvaire de Wasmes. Les semainiers de l'église n'existent que depuis 1808, ainsi l'on sait que la première apparition de la Pucelette au cortège date de 1834.

DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 89 à 90.


Autres articles concernant le Tour de Wasmes .


(…) « le Tour de Wasmes remonte à une époque immémoriale. Il existait peut-être déjà à la fin du XIème siècle ( ? ) Le plus ancien document conservé dans les archives de Notre-Dame qui en fasse mention est un chirographe sur parchemin daté de Quaregnon, le 5 juin 1599, établi par le mayeur et les « eskevins » de cette ville. (…)

De vieux documents rapportent que le pèlerinage passait « même au travers des avenues, sans aucun obstacle, et cela par une possession aussi ancienne que son institution

Un grand plan du Tour figurait avant la guerre aux Archives de l'Etat à Mons.

De nos jours encore, pour peu que le printemps favorise de soleil la fête fameuse, c'est par milliers que pénitents et curieux suivent la « vierge du miracle » ou se pressent sur son passage.

La Vierge de Wasmes.

On y porte en grande vénération une statue de la Vierge, tenant l'Enfant Jésus dans ses bras. Elle a été taillée et sculptée dans un bloc de chêne : elle mesure quatre-vingt- cinq centimètres de haut. La Vierge, coiffée d'un chaperon, coiffure du moyen âge, les cheveux discrètement ramenés sur les épaules, porte l'Enfant Jésus sur le bras droit : il tient en main une grappe de raisins. Elle semble dater du XVIème siècle. Elle n'a été habillée qu'à la fin du XVIIème siècle, sous l'influence de la mode espagnole.

Cette statue était autrefois précédée d'un drapeau sur lequel on voyait le combat de Gilles de Chin et du dragon, et la Vierge lui apparaissant. Sur le même drapeau étaient brodés en gros caractères les deux vers suivants : « Attaque, Gilles de Chin, ce dragon furieux Et tu seras de lui, par moi, victorieux »

Avant 1789, le drapeau était escorté avec beaucoup de pompe par six confréries nombreuses dont les membres étaient costumés de différentes manières et tous montés.

(…) Elles représentaient aux yeux du clergé, les gens d'armes qui accompagnèrent Gilles au combat. Elles sont aujourd'hui disparues mais quelques cavaliers accomplissent toujours le Tour. La « défunte » Royale Harmonie de Wasmes, doyenne des sociétés boraines, y assumait depuis toujours l'accompagnement musical. (…)

À trois heures du matin une messe est célébrée, à quatre heures du matin la foule des pèlerins se met en route, car le tour qu'elle doit parcourir ne compte pas moins de quatre lieues et comme en témoigne un vieux plan qui se trouve aux Archives de Mons, elle parcourt toutes les anciennes dépendances de Wasmes.

Elle se dirige d'abord vers Petit-Wasmes, y stationne quelques minutes en l'Église Saint François d'Assise, en repart pour la chapelle Parent, parcourt Warquignies, Constantine, Champ des Sarts, Hornu, Wasmuël et Quaregnon.

Il est environ dix heures du matin quand elle arrive à la chapelle du Calvaire.(…) Là elle est rejointe par une autre procession qui est allée à sa rencontre, et qui va lui présenter la « Pucelette » (…) est une petite fille du village : elle représente la fillette que le dragon tenait captive dans son antre et que Gilles de Chin délivra. Mais nous n'en avons vu aucune mention dans les documents historiques du Moyen-âge et il est fort probable qu'elle n'apparut dans la procession que beaucoup plus tard, sans doute au XVIème siècle. (…)

DUMORTIER, Georges – "L'église Notre-Dame de Wasmes." –"Gilles de Chin et le dragon. Légende et vérité".

(…) Le mardi de la Pentecôte a lieu la procession dite " le tour de Wasmes". La messe appelée messe des pèlerins est chantée vers trois heures du matin et est suivie d'une procession générale à laquelle Notre-Dame de Wasmes seule est La Sainte Vierge-est accompagnée d'un très grand nombre de pèlerins.

Le cortège se dirige vers l'église Saint-François de Petit-Wasmes et l'église de Warquignies, dont le clergé vient à sa rencontre jusqu'aux confins de la paroisse ; il l'accompagne en chantant des hymnes et litanies. Après une halte d'un quart d'heure à chaque église, la procession se dirige vers l'église d'Hornu, et le clergé de cette dernière paroisse va aussi la recevoir et l'accompagner comme celui de la précédente. Tandis que la procession stationne à l'église d'Hornu, arrivent en voiture la Pucelette et sa suivante ainsi que M. le Curé de Wasmes et se joignent à la procession jusqu'au chemin de Valenciennes ; là la voiture les reprend et la procession est bientôt rejointe par le clergé de Wasmuël qui I introduit dans son église, et après avoir mêlé sa voix quelque temps à celle de tous les pèlerins, abandonne le cortège qui, passant par Quaregnon, se dirige vers le Calvaire de Wasmes. Aux abords de l'église, une foule immense de monde est dans l'attente du signal. Les musiques sont prêtes et lorsque le son de la cloche a annoncé le retour du cortège parti le matin, une seconde procession, qui doit s'unir à la première, s'organise. Entretemps, on va chercher la Pucelette et dès qu'elle est arrivée, on se met en marche (…)

DELACROIX, Léonard – "Wasmes dans les temps passés. Histoire de Gilles de Chin et du dragon. Son sanctuaire de Notre-Dame". – Wasmes, imprimerie de Fulgence.

261 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page