top of page
  • Photo du rédacteurCentre culturel de Colfontaine

A.

Dernière mise à jour : 2 févr.

Rue A Paniers : Wasmes


En 1867, on procède au pavage de cette rue.

En 1979, la partie haute de cette rue possédait toujours son pavage d'origine !

Selon une carte postale éditée par C. Ducobu en 1908, la Rue A Paniers existait déjà sous cette appellation.

Première hypothèse : Panier : par analogie avec manne, destiné à recueillir la manne (céleste) et par extension, destiné à accueillir la récolte (production agricole, minière ou autre).

Deuxième hypothèse : Déformation du mot « pansier » (terme borain) signifiant parchonnier (terme français), c'est-à-dire actionnaire de charbonnage.


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Cité de l’Abbaye : Wasmes




Rue des Alliés : Wasmes

Anciennement Haute rue puis rue des Juifs.

Vue du pont du chemin de fer (RAVeL)


DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 104.



Rampe Anfouette : Wasmes


Rampe : Terrain en pente servant de voie de communication ; chemin montant.

Ce substantif vient du verbe ramper « grimper, ramper ». Cette appellation de rue se retrouve dans certaines villes vallonnées, comme par exemple : à Wasmes : Rampe Anfouette, Rampe des Ecoliers.


Photographe: Pol Bohems



Rue de l' Appâa : Wasmes

(...)l'APPÂA, cette appellation désignait une perche servant au tir à l’arc vertical.(...).


La rue de l’Appâa est citée en 1780 sur un plan de Deverchies (Archive De l’Etat, Mons, cartes et plans n° 1409) sous la rubrique suivante :


« Plan d’une partie de Waressaix du village de Wasmes dit le Happar et où les confréries de St Maurice ont fait planter leur perche pour le tir à l’arc ».










DEGOUYS Jacques – Qui était « Marie Boulette » ? Colfontaineries L’affaire des boulettes de Wasmes, Belgique, pp 105

Laurent Emmanuel « Wasmes au fil du temps » , Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislain.



Cité de l'Argère

Tirerait son nom de l’emplacement d’une « argilière » : c'est-à-dire bâtie sur le lieu d’une ancienne argilière


Laurent Jean-Marie "Dictionnaire Borain – Français »



Ruelle Artus : Wasmes


Le château " Druart " , situé anciennement à l'Impasse de la Tannerie.



Virgille Artus ( 1837 - 1912), pharmacien né à Wasmes.


Archives de Jean-Claude Tant.

Photographe: Pol Bohems



Rue des Aubépines : Pâturages


L’aubépine, aussi appelée « Arbre de mai », mois pendant lequel elle couvre ses branches déjà feuillues de petites fleurs blanches et parfumées.

Cet arbuste épineux pousse dans les haies et les sous-bois. L’aubépine est un de nos plus vieux arbres magiques. Plantée en haies, elle entourait nos maisons pour les protéger. Le mois de mai étant traditionnellement consacré aux très jeunes filles, c’est naturellement que l’aubépine fut associée à la vierge Marie.

Porté en talisman, le rameau d’aubépine protégeait de l’orage… Dans les Ardennes, on murmurait une comptine un rameau à la main.

Il n’est pas rare de trouver des haies vieilles de plus de 400 ans.

C’est un très bel arbre décoratif dont la fructification d’automne est magnifique.

Appelée aussi « Valériane du cœur », l’aubépine a des vertus calmantes et tonifiantes pour le cœur (emploi exclusif sous contrôle médical…).


Archives du Centre culturel de Colfontaine



Axiale Boraine, RN55

La route nationale 550 construite en 1999 et part de Cuesmes jusque Boussu, dans le Hainaut.





Elle est composée de dix ronds-points qui permettent successivement de rejoindre les villages de Flénu, Quaregnon, Colfontaine (Pâturages, Wasmes, Warquignies), Hornu et finalement Boussu.


424 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

B.

C.

D.

Comments


bottom of page